Ce qu’on a retenu de la série football de Netflix “Sunderland til I die”

Le projet des producteurs de la série « Sunderland til I die » était de filmer depuis l’intérieur du club la reconquête d’une place en Premier League pour le Sunderland AFC suite à sa relégation en Championship lors de la saison 2016/2017. Pari réussi : la série est un des succès de l’année pour Netflix.

Les matchs de football à Sunderland sont bien plus que de simples matchs

Sunderland est un club de football historique de Premier League avec six championnats d’Angleterre gagnés, mais le dernier remonte à 1936. Depuis, ce club de foot végète mais il a une âme : son peuple, ses fans pour qui le club représente tout. La ville de Sunderland au nord de l’Angleterre fût jusqu’aux années 60 prospère grâce aux chantiers navals et aux mines puis elle a été frappée durement par la crise économique. Ses habitants à l’accent aussi tranchant que des crampons de foot de 16 mm travaillent dur et ils attendent la même chose de leurs joueurs qui, chaque semaine, ont pour mission de leur faire oublier cette vie compliquée. A la reprise de la saison en championship, le nouveau manager Simon Grayson et son effectif ne font rêver personne. Les fans doutent avant même le premier match de la saison lors d’une défaite en amical à domicile 0/5 contre le Celtic Glasgow. Les fans s’en remettent même à Dieu et le prêtre donne une messe pour aider le club à bien commencer sa saison.  Après un début de saison encourageant, les mauvais résultats commencent à s’enchainer, le club perd rapidement le contact avec la tête du championnat et les fans commencent à redouter le pire.

Le mercato peut-il soigner les problèmes du club ?

La série va nous éclairer sur une période cruciale dans la saison d’un club de football : le mercato. C’est une période de 12 semaines en Angleterre qui doit permettre à Sunderland de rebâtir son effectif. Suite à la relégation, beaucoup de joueurs sont partis et pour les fans à l’affût de la moindre info foot sur leur club, le propriétaire doit recruter et dépenser beaucoup s’il le faut pour remonter. Le nouveau manager souhaite plus de joueurs pour augmenter la concurrence et disposer d’assez de joueurs pour affronter la longue saison qui vient. Mais la politique de recrutement fantaisiste des dernières années et la relégation du club ont provoqué des pertes d’argent de l’ordre de 200 millions de livres (on peut penser au catastrophique transfert de Didier Ndong notamment). Le propriétaire, M. Ellis, qui finance personnellement le club en a assez de dépenser autant pour des résultats si médiocres. La politique du club doit changer et Sunderland va recruter peu : un gardien de but et 3 joueurs peu connus. Il faudra miser sur les jeunes pousses du centre de formation pour renflouer les caisses en vendant notamment Jordan Pickford à l’époque très grand espoir de Sunderland et aujourd’hui gardien titulaire de l’équipe nationale. La mission se complique.

Les matchs se suivent et la descente est brutale pour le club

Les joueurs ont 46 matchs à jouer en 10 mois… Les défaites s’enchaînent malgré l’apport des nouveaux joueurs. Le besoin de bons résultats rapides pousse le manager à changer d’équipe souvent, les joueurs perdent confiance et se font même humilier lors d’une défaite 2/5 chez un mal classé : Ipswich. C’est la crise car au bout de 10 matchs, Sunderland est déjà relégable. Son manager, Simon Grayson, ne tarde pas à devenir le 8ème entraîneur limogé en 5 saisons… Un nouveau changement d’entraîneur (Chris Coleman arrive pour sauver le club), les blessures de joueurs clés, un nouveau casting après le mercato d’hiver et la position de relégable sont les ingrédients de la fin de la saison pour la série et pour le club. Un suspens que l’on vit de l’intérieur grâce à la collaboration totale du staff, des joueurs et des supporters. Le spectateur s’attache au club et vit avec angoisse les morceaux de matchs de foot intégrés dans les épisodes même si nous connaissons déjà l’issue fatale. Rien n’y fera, l’équipe semblera toujours aussi fragile et les mauvais résultats s’enchaîneront jusqu’à la catastrophe : la relégation.

Malgré la honte et la colère des fans, nul doute que la passion reprendra le dessus même en League One car Sunderland a un nouveau propriétaire ambitieux pour son club.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut