Critique du film: HUNGER GAMES : LA REVOLTE

Grande franchise oblige, on avait envie de parler d’Hunger Games 3. Plus particulièrement de la première partie du dernier volet intitulée Hunger Games: La révolte.

Katniss Everdeen s’est réfugiée dans le district 13 après avoir détruit à jamais l’arène et ses Jeux. Sous le commandement de la présidente Coin, la chef du district 13, et de ses amis, Katniss va accepter de devenir le symbole de la rébellion tout en essayant de sauver Peeta.

Et là, c’est l’incompréhension totale. Pourquoi faire le dernier volet en deux parties, s’il n’y a rien à mettre dans la première ? Est-ce l’effet Harry Potter ou prend-t-on le spectateur pour une cash machine ? Apparemment, le troisième livre de Suzanne Collins était trop volumineux pour ne faire qu’un long métrage. Mais soyons honnête, il n’y a rien dans ce dernier épisode. On ne fait que mettre l’histoire en place, ce qui aurait pu être réglé en une trentaine de minutes ! Seul l’aspect propagandiste est réellement abordé.

Et doit-on parler de la scène d’ouverture du film ? Elle n’a strictement aucun intérêt scénaristique. Katniss cachée dans un recoin parce qu’elle fait des cauchemars, on ne s’attendait pas à la retrouver ainsi. Ce dernier volet est donc mal amené. Ne parlons pas non plus des longueurs et autres atermoiement. Les producteurs ont étiré au maximum ce film sans y mettre.

Le seul fait nouveau est l’arrivée de nouveaux personnages. Dans ce volet, on voit un peu moins Josh Hutcherson(Peeta) au profit de Liam Hemsworth (Gale). On a aussi la talentueuse Julianne Moore qui apporte une réelle valeur ajoutée au film. Enfin, côté acteur, on peut profiter du jeu du regretté Philip Seymour Hoffman.

En conclusion, le film déçoit alors que Hunger Games 1 et 2 sont de bons divertissement.

Crédit Photo à la Une : Tabercil (talk)

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut